Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le boisseau

Publié le par Nadina

Sous les Halles de Monpazier
Sous les Halles de Monpazier

Autrefois, on pesait peu de choses, par contre, on mesurait.

Et on mesurait avec quoi .... le creux de la main .

En effet, le mot 'boisseau' est dérivé de 'boisse', qui signifie en bas-latin 'bostia' et en gaulois 'bosta' qui veut dire 'le creux de la main !

L'unité de mesure était donc le boisseau qui, cependant, n'a pas la même mesure, que l'on soit à Paris ou à Bordeaux .

Cette mesure était couramment utilisée pour les pommes de terre, les noix, le sel et même le charbon mais le plus souvent pour les grains .

Pour les matières sèches , le boisseau de Paris mesurait environ 16 litrons, soit 13 litres

mais celui de Bordeaux était nettement supérieur puisqu'il mesurait 78.808 litres exactement

et celui de Saint Brieuc, 33.86 litres.

Pour les mesures liquides, le boisseau équivalait à 13.010 litres mais en Bourgogne , il arrivait à 20.920 litres.

L’étalonnage des différents boisseaux était fait par rapport à la livre, unité de poids . Les années se suivant mais ne se ressemblant pas, les grains pouvaient être secs ou humides et cela n'était pas pris en compte et d'une année à l'autre la contenance pouvait donc varier.

Il existait deux façons de remplir la mesure:

- Le boisseau était rempli à ras bord: c'était la mesure rase,

- ou il était tassé et recomplété par un cône de grains. C'était alors une mesure comble.

La réunion de plusieurs boisseaux formait ensuite une série d'autres mesures comme le setier, le muid.

Le minot valait 3 boisseaux et la mine 6, le sétier 12 .

Le muid, lui correspondait à 12 sétiers de 12 boisseaux, soit 144 boisseaux

Selon ces mesures, chaque muid contient 12 setiers, ou 24 mines, ou 48 minots, ou 144 boisseaux. Mais ce ratio, qui est exact pour Paris et pour les mesures de chaux, blé, orge, fèves, lentilles et autres similaires, ne vaut pas pour certaines denrées. Ainsi le minot d'avoine contient 6 boisseaux (soit 288 boisseaux par muid), et celui de sel en contient 4 (soit 192 boisseaux par muid). Le muid de plâtre ne contient que 72 boisseaux (cette denrée se mesure en "sacs", avec 36 sacs de 2 boisseaux chacun par muid).

Le boisseau peut aussi se diviser en demi, quart et demi-quart .

Le Seigneur exerçait son droit, dit de minage ou écuellée sur les mesures des grains et du vin notamment, denrées vendues aux marchés . Suspendu par Turgot en 1775, ce droit n'avait pas toutefois disparu complètement pendant la Révolution .

Source : http://olivier.rocher.free.fr - http://www.templiers.net - http://www.genefourneau.com/mesures.html - http://racineshistoire.free.fr/

Voir les commentaires

Le Mausolée de la Roche

Publié le par Nadina

Photo Père Igor
Photo Père Igor

Il m'est impossible de parler du Mausolée sans parler tout d'abord du château de la Roche .

Celui-ci se trouve au nord-est de la commune d'Annesse et Beaulieu, au centre de la Dordogne et a été construit sur les hauteurs, au-dessus de l'Isle .

Au XVIè siècle, en 1513 plus exactement, s'élevait à cet endroit un repaire noble, propriété des Bayly de Razac .Il passe ensuite aux mains des Leymary puis vers 1860, au comte Luboff de Koucheleff, qui le fit complètement reconstruire dans un style néo-renaissance. Celui-ci n'était intéressé que par les fêtes et la construction.
Le château passe ensuite aux Pradier puis aux Félix.

Pendant la seconde guerre mondiale, le château devient un hospice pour les vieillards réfugiés d'origine juive. De 1943 à 1975, l'Institut Pasteur s'y installe et le château se transforme en centre de fabrication de vaccins ( typhus puis grippe à partir de 1950).

Il est vendu à un particulier en 1994.Il comprenait alors 54 pièces et un grand escalier en marbre gris. Côté est, la terrasse surplombe l'Isle.

Actuellement, il est aménagé en appartement.

Voilà pour le château.

Au moment de sa construction, fut érigé dans le parc le Mausolée, du même style.
C'est une chambre funéraire, avec quatre fosses. Vous allez me dire : mais pourquoi quatre?? Effectivement !!

ceci pourrait s'expliquer ainsi, mais sans toutefois de certitude :

Les habitants de ce château étaient à ce moment là :

- le Comte Luboff,

-sa femme,

- sa belle-soeur,

- le fils de la contesse

ce qui fait 4 mais jamais personne ne l'a confirmé !!!

La belle-soeur du Comte, Alexandrine Kroll épouse de Daniel Dunglas HOME est effectivement décédée à Annesse et Beaulieu le 3 juillet 1862, à 22 ans. il aurait été raconté qu'elle aurait été enterrée au cimetière d'Annesse mais aucune trace !

Mais pourtant, elle ne fut pas non plus inhumée dans le Mausolée car les fosses ont été retrouvées vide !!

Ce mausolée détient encore beaucoup de mystères et comme l'on dit, si les pierres pouvaient parler.....

Façade Est -Photo Père Igor

Façade Est -Photo Père Igor

Le Mausolée

Le Mausolée

"Dédié à un dernier repos mais vide de tout occupant !!""

Je remercie mon copain Ludovic qui m'a donné des informations sur le Mausolée .

 

 

Détail d'un pilier du Mausolée - Photo tirée de la lettre d'information n°39 d'Annesse et Beaulieu  de mars 2011

Détail d'un pilier du Mausolée - Photo tirée de la lettre d'information n°39 d'Annesse et Beaulieu de mars 2011

Voir les commentaires

Chausson aux truffes et foie gras

Publié le par Nadina

Chausson aux truffes et foie gras

Les fêtes arrivent à grands pas et pour les retardataires, une petite recette avec truffes et foie gras.

Il vous faut :

- une pâte feuilletée

- un oeuf battu

- 15 gr de truffe du Périgord par personne

- du foie gras mi-cuit

- de fines tranches de jambon de pays

- alcool selon vos préférences ( cognac, madère ou armagnac)

Découpez avec un bol des ronds de pâte feuilletée. Comptez 2 par chaussons.

Disposez une tranche de foie gras au centre d'un rond. Enroulez la truffe dans le jambon de pays et disposez-la sur la tranche de foie gras .

Parfumez avec quelques gouttes d'alcool. Fermez avec l'autre rond de pâte en soudant bien les bords .

Dorez le chausson avec l'oeuf battu. Cuisez au four à 180° pendant 20 à 30 mn .

Recette donnée par le Groupement de Trufficulteurs du nord Dordogne lors de la Fête de la Truffe à Ste Croix de Mareuil le 12 décembre 2015.

Voir les commentaires

Le taillandier

Publié le par Nadina

L'atelier du taillandier - Photo :Métiers.free

L'atelier du taillandier - Photo :Métiers.free

Voici un nom qui n'est plus guère utilisé et je dirais qu'il n'en existe pratiquement plus depuis 1900.

Donc dans 'taillandier', nous retrouvons le verbe tailler et un taillandier était celui qui fabriquait un outil qui taillait ! mais pas n'importe quoi !

Il faut remonter aux Mérovingiens pour trouver l'origine des taillandiers . Ceux-ci perpétuent donc une tradition dont la technique consiste à entailler le fer pour y insérer une lame en acier pus dur . Il fallait ensuite chauffer l'ensemble puis le marteler et le tremper.

Ce sont toutes sortes d'outils tranchants pour les charpentiers, les charrons, les tonneliers, les laboureurs etc... .

Voici les quatre catégories de taillandiers au XVIIè siècle :

- en oeuvre blanche , sans que ce soit pour autant des armes blanches,

- grossiers fabriquant les ustensiles de cuisine ( marmites, crémaillère..) ou gros outils ( pelles, marteaux..)

- les vrilliers et tailleurs de limes,

- ceux spécialisés en objets en fer-blanc et noir, comme les lanternes, les moules à pâtisserie.

Le taillandier a pour synonyme un blanchoeuvrier ( vient de blanche oeuvre , nom que l'on donnait aux outils tranchants et donc le blanchoeuvrier est celui qui les fabrique).
On pourrait dire aussi qu'il est forgeron puisque le fer est travaillé à chaud, dans une forge . Sa matière première est donc l'acier , comme vous pouvez le constater.

Il a été dit souvent que le taillandier était spécialisé dans les outils araires, c'est-à-dire spécialisés dans l'agriculture mais de ce que j'ai pu trouver, il ne s'arrêtait pas simplement à ces outils comme on peut le voir plus haut dans les différentes catégories d'outils.

Il reste encore quelques taillandiers en France, M. Solon,maître artisan, âgé de 84 ans d' Orléans . Mais j'ai retrouvé aussi M.Raynal de Nègrepelisse ( Tarn), qui n'attend qu'une chose, transmettre son savoir , et aussi M. Loiseau de La-Forêt-le-Roi ( Essonne) donc avis aux amateurs.....


Beaucoup de tailleurs de pierre utilise des outils fabriqués par des taillandiers.

Le taillandier, par dérivation, était aussi celui qui commercialisait ces outils.

Mais vous allez me dire ... mais le maréchal alors, que faisait-il ??? Et bien, il devait s'occuper en plus du ferrage des boeufs, chevaux ...Cependant, dans les campagnes, il n'était pas rare de voir le taillandier ferrer les bêtes.

Imaginez la vie à l'époque !!! Le paysan avait besoin de ses bêtes pour travailler aux champs et sans bêtes, qu'advenait-il de lui et sa famille ??? Le taillandier et le maréchal-ferrant étaient donc très importants . D'eux dépendaient le travail et donc la vie de tous ses hommes et leurs familles !!

Mais maintenant, le taillandier leur procurait des outils , ferrait les bêtes mais lui aussi devait vivre alors comment était-il payé??? et d'où venait le fer ??

Et bien, c'est très simple . les paysans étaient bien souvent métayers et c'est leur propriétaire qui apportait le fer. En contre-partie, celui-ci était payé en nature, notamment en volaille. Ce 'droit de volaille' était spécifié dans le bail de métairie.

Par contre, le taillandier, lui, n'était payé qu'une fois dans l'année en boisseaux de froment. (Le boisseau est une unité de mesure car autrefois, on ne pesait pas, on mesurait mais le boisseau fera l'objet d'un article qui paraîtra dans peu de temps).

Les taillandiers étaient très actifs car ils répondaient, nous l'avons dit, aux besoins du monde paysan. C'est sans doute sur le "faure" que reposait tout l'équilibre vital du groupe économique rural.


Malheureusement, je n'ai trouvé trace de taillandier en Dordogne donc si jamais si vous en connaissez un ou avez connu, n'hésitez pas à me le faire savoir .

Source : Wikipedia - www.lesvieuxmetiers.org - metiers.free -

Phot de 'Métiers.free'

Phot de 'Métiers.free'

Voir les commentaires

Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton

Publié le par Nadina

Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton

Cette année, les champignons ne sont pas là ....

Néanmoins j'ai trouvé quelques pieds-de-mouton mais voilà, pas assez pour faire des conserves.

Bon alors, petite recherche .... et un mix que je vous présente :

Nettoyez vos pieds-de-mouton en grattant les pics en-dessous; c'est ce qui rend amer.

Les ingrédients :

- des pieds-de-mouton

- 1 échalote

- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

- un verre de vin blanc sec

- une briquette de crème

- sel et poivre

- spaghetti.

Faites revenir une échalote dans un peu d'huile d'olive . Ajoutez les pieds-de-mouton coupés en morceaux , puis le vin blanc et la crème. Poivrez et laissez mijoter à feu doux, à peu près une vingtaine de minutes, jusqu'à ce que les champignons soient bien tendres .Goûtez et assaisonnez à votre goût .Pour ma part, je n'ai pas salé du tout .

Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton
Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton
Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton
Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton
Spaghettis à la crème de pieds-de-mouton

A mi cuisson, mettez votre eau à chauffer pour cuire les spaghettis .

J'ai préparé un carpaccio de boeuf  car je voulais ces spaghettis en accompagnement, arrosé d'un filet d'huile d'olive et de citron, légèrement salé et poivré et saupoudré de petits copeaux de parmesan.

Une fois les pâtes cuites, égouttez -les et mixez les champignons avec le fond de sauce restant .

Mélangez cette crème de pieds-de-mouton avec las spaghettis, parsemez de feuilles d'ortie séchées et servez chaud .

BON APPÉTIT

 

Voir les commentaires

Le château de la Juvenie et ses enfants

Publié le par Nadina

Le château de la Juvenie et ses enfants

Ce château, situé sur la commune de Payzac, dans le nord de la Dordogne, vient de faire l'objet d'un dépôt d'une plaque commémorative le samedi 28 novembre .

Au bout de 70 ans, l'histoire veut que ce château, assez méconnu, refasse surface.

En effet, si les murs pouvaient parler, ils vous raconteraient l'histoire de ces centaines d'enfants qui y sont passés mais commençons par le début !

Bien qu'il soit donné pour être un ancien manoir datant de 1773, mes recherches ont réussi à remonter jusqu'à Raimond d'André, seigneur de Lancinade et Juvénie, époux de Louise de Gentil-de Jonchapt .

N'ayant pas de date de naissance, je pourrais situer ce seigneur entre 1500 et 1550.

Leur fille Yrlande( ou Yolande) d'André épouse le 17 août 1576, Jean II de Jaubert de Nantiac (aujourdh'ui Nanthiat).Le domaine passerait donc par alliance dans la famille Jaubert.

De cette union sont nés quatre enfants dont Raimond de Jaubert, vicomte de Nantiac, chevalier, seigneur de Lancinade et de Juvénie.

Par son mariage avec Henrie (ou Henriette) de Foucauld de Lardimalie le 7 janvier 1606 est né Jean III de Jaubert.

Celui-ci épouse Suzanne Dumas le 19 mai 1630 et ils eurent 14 enfants

Le domaine passe dans les mains de sa 12è enfant, Marie de Jaubert. Un de ses frères, Peyrot de Jaubert, lui cède la Juvénie en 1676 (pour le modeste prix de 25 000 livres )

Isaac d'Abzac, seigneur de la Forêt, par son mariage en 1676 avec Marie de Jaubert, récupère donc le château et les terres par alliance.

De leur union naît Pierre-Philippe.En 1724, celui épouse Marguerite de Teyssier des Farges, qui lui donne un fils Pierre-Françoise d'Abzac, né en 1728 . Celui-ci sera le dernier Abzac à posséder la Juvénie car il meurt en 1794 dans les cachots de la Terreur et sans enfant.

La famille d'Abzac aurait fait don du domaine à Raymond Bugeaud. Mais là il est difficile de trouver des traces ou des actes .

Pendant la 2è guerre mondiale, bon nombre d'instituteurs alsaciens et lorrains sont arrivés en Dordogne accompagnés d'enfants. Ils ont été hébergés à la Juvénie entre 1940 et 1945, établissement dirigé par les soeurs de Bon-Secours . Cet orphelinat a accueilli des enfants dont beaucoup étaient juifs. Un grand baraquement de 60 mètres comportait des dortoirs.

Ces instituteurs, résistants , venant de l'École Normale de Colmar ont sauvé une centaine d'enfants originaires du Nord et de l'Alsace.

Dans un article du Sud Ouest datant du 25 juin 2015 ,j'ai trouvé également les agronomes Bugeaud ( non pas le maréchal nommé le soldat laboureur) et Montet qui auraient remonté le domaine à 350 ha au XIX et XXè siècle . Ils en auraient fait la 1ère pommeraie du secteur en 1960 . Mais pour ma part, nulle trace !.

Actuellement, le château est devenue une maison de retraite depuis 2000, conventionnée EHPAD en 2002.

Sources : http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Abzac_de_La_Douze.pdf - généanet - https://books.google.fr

Livre 'Les juifs en Dordogne' de Bernard Reviriego

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

Voir les commentaires

Le Périgord et la Dordogne

Publié le par Nadina

blason   

Le département de la Dordogne est né il y a 200 ans .

 

Vous devez vous douter d'où vient son nom ! Et bien, c'est de la rivière Dordogne qui le traverse d'est en ouest.
    valleedordogne.jpg

La Dordogne, quant à elle, du nom de la rivière vient de Dore et Dogne, les deux ruisseaux qui la composent.


L'ancien Périgord,une partie de l'Agenais, une partie du Limousin et de l'Angoumois ont formé la Dordogne actuelle.



En superficie, nous trouverons respectivement:

- ancien Périgord : 786 048 ha

- Agenais : 99 250 ha

- Limousin : 25 858 ha

- Angoumois : 30250 ha

 


L'appellation Périgord remonte en fait à la révolution. Ce nom de Périgord vient du nom du peuple gaulois qui l'occupait : les Petrocorii.

C'est ce peuple de guerriers qui a construit  Vesunna (Périgueux) , capitale construit autour d'un sanctuaire.

 

La Dordogne, c'est aussi 4 baronnies. Les quatre barons de Mareuil, Bourdeilles, Beynac et Biron sont opposés au comte du Périgord . 

Elles sont mises en place au Xè siècle et il est dit que l'explication du chiffre 4 est qu'il ne fallait que 4 barons pour tenir le dais lors de la venue d'un évêque, archevêque ou prince .

 

 

 

4baronnies

 

Le Comte Charles le chauve avait organisé le Périgord en comté héréditaire. Il voulait ainsi décentraliser le pouvoir, surtout face aux invasions. Le Périgord était ainsi protégé des normands certes mais se retrouvait entre les rivalités des partisans d'Aliénor d'Aquitaine et ceux du roi de France.  En effet, les seigneurs périgourdins assujettis par les lois féodales étaient liés au nouvel époux d'Aliénor, roi d'Angleterre.

Mais les propriétés du comte ne représentaient que peu et face aux 4 barons, ne pesaient pas lourd!

Les barons, quant à eux, se tiraillaient en permanence et étaient en guerre perpétuelle. 

 

Le Périgord, lui, est une région polychrome puisque nous y retrouvons le Périgord vert, dans le nord, le Périgord pourpre sur Bergerac, le Périgord noir sur Sarlat et le Périgord blanc sur Périgueux. Rien ne saurait nous enlever ces couleurs .

Les-4-couleurs-du-Perigord.jpg

Photo Wikipédia

 

 

Alors pourquoi ces couleurs ??

- Le Vert d'abord  pour ses forêts de chênes et feuillus. Il est très vert car effectivement en ' verdure ' et assez vallonné, 

- le Pourpre pour ses vins; celui-ci est plus plat et sa terre n'est que de la 'caillasse',

- le Blanc, pour ses terres crayeuses; il suit aussi le trajet de la rivière, l'Isle sur Périgueux  et la Dordogne ensuite,

- le Noir pour ses forêts très denses de chênes,; il est aussi connu pour ses grottes et cette belle couleur de pierre que nous retrouvons sur beaucoup de maison sur le sarladais. 

 

Un article du Sud  ouest  du 4 février 2013 évoque la suppression des 4 couleurs , décidée par les professionnels du tourisme:

http://www.sudouest.fr/2013/02/04/l-adieu-aux-couleurs-955693-1733.php

 

Sources : Livres de tourisme - Wikipédia

Voir les commentaires

Les secrets des marchés aux truffes

Publié le par Nadina

Les secrets des marchés aux truffes
Les secrets des marchés aux truffes

La saison est bien commencée et les marchés aux truffes d'hiver battent leur plein mais savez-vous comment ils fonctionnent.

Je vais vous parler de celui de Sorges, qui est assez réputé.
Il se passe maintenant tous les dimanches du 6 décembre 2015 jusqu'au 24 janvier 2016.

Les producteurs doivent présenter leurs truffes à des contrôleurs le matin même du marché à partir de 8h . C'est à ce moment que se décide la qualité de la truffe et en découlera son prix .

Avant d'aborder les catégories de truffe, en voici les caractéristiques minimales:

- avoir l'odeur, la saveur, la couleur propre à sa variété,

- avoir un maturité suffisante,

- être ferme au toucher,

- être propres, sans trace de terre,

- être exempte de parasites,

- être exempte de pourriture ou altération par le gel,

- avoir un poids supérieur à 5 gr .

Voici donc les 3 catégories :

- Extra : Elle doit peser 20 gr ou plus

* la truffe doit bien entendu présenter toutes les caractéristiques de sa variété,

* elle doit être bien arrondie, régulière,

* elle ne doit pas présenter de détériorations, telle une griffure de patte de chien ....

- Catégorie 1 : le poids doit être de 10 gr ou plus

Les truffes doivent être entières et de légers défauts sont acceptés, tels forme, couleur et légères détériorations.

- Catégorie 2 : Ces dernières se contenteront de 5 gr ou plus.

Dans celle-ci, rentrent les truffes ne pouvant être présentées dans les autres catégories ou morceaux de truffe mais devant toutefois avoir les caractéristiques minimales .

A Sorges, ce marché se déroule dans la salle Pradel. Seuls les apporteurs de truffe et les contrôleurs y ont accès dès 7h30 ou 8h.

Les acheteurs attendent sagement dans la rue ...
Aux sons d'une jolie cloche qui viendrait parait-il du Titanic ou serait une réplique, le marché ouvre ses portes à 10h.

Et là, c'est la ruée vers l'or noir !!! Impressionnant!!

En à peine une demi-heure, tout a changé de main !

J'ai eu la chance de tomber sur une trufficultrice très sympathique il y a quelques années (il y a d'ailleurs un article sur la truffe que j'ai pu écrire grâce à elle ).


Vous trouverez parfois de ces personnes qui vous parlent de la truffe avec amour, qui vous l'expliquent et votre approche de ce diamant noir en est complètement différente!

Source pour les catégories : http://truffiere.org

Voir les commentaires

Lou boueradour et les châtaignes

Publié le par Nadina

Lou boueradour et les châtaignes

"Selon la légende, la nymphe Néa, compagne de Diane la déesse de la chasse, fut courtisée par Jupiter. Mais la belle préféra se donner la mort que de céder à ses avances. Fou de douleur, le dieu transforma la défunte en un arbre majestueux appelée caste neas (la chaste Néa), le nom scientifique du châtaignier. »…

Tiré de : La cuisine gourmande d’autrefois, Pierre Baron, Express Roularta Éditions et Historia, Paris, 2010.

La châtaigne remplaça souvent le blé. On appelait, d’ailleurs, le châtaignier « l’arbre à pain » mais aussi « l’arbre à saucisses » car les châtaignes servaient aussi à l’alimentation des porcs. En fait, la châtaigne a toujours représenté une sécurité pour les paysans puisqu’elle le nourrissait lui et ses animaux. C'est ainsi qu'elle sauva les paysans de la disette au XVI et XVII è siècle .

Une fois la récolte terminée, les châtaignes se préparent et se cuisent de différentes façons . Ainsi seront-elles blanchies ou ruffar à l’eau bouillante dans un pot en terre brun, le ruffadou ou même dans l’ oule ou ola ou encore oulle .

C'est une grande marmite en fonte noire, à col étroit, suspendue à la crémaillère sur le feu dans la cheminée.L'eau chaude assouplissait la première peau et elle se séparait ainsi plus facilement .La 2ème peau appelée tan,on utilisait un boueradour . Qu'est-ce donc que ce nom barbare me direz-vous !!!

Il n'a que le nom de barbare . Cet ustensile est en fait formé de deux tiges en bois, assemblées en leur centre et crantées dans leurs bouts .

On consommait aussi les châtaignes grillées, c’étaient alors les virols cuites dans une grande poêle à trous ou dans l'oule sans eau et constamment remués avec une grande pince en bois, le boueradour. — Gens et métiers du Périgord, Bernard Stephan.

C’est en tournant vigoureusement cet instrument, baguettes écartées, dans l’oule où se trouvent les châtaignes ébouillantées et dégagées de leur première écorce que la seconde peau se détachait facilement.

La propagation de la pomme de terre commence pendant la Révolution et remplace peu à peu les châtaignes.

Source :Divers sur Internet et 'Esprit de pays'

Lou boueradour et les châtaignes

Voir les commentaires

Félibrées 2015 et 2016

Publié le par Nadina

La Reine 2015
La Reine 2015

Et voilà une nouvelle page qui se tourne et La Douze aura vécu sa Félibrée avec ses joies et ses peines.

Il est toutefois un peu dommage de trouver un marchand de flammenkueche, des crêpes et tout autre produit qui ne ressemblent pas vraiment à du périgordin. Les artisans ont été relégué dans des coins ou des rues où pratiquement personne ne passait et ce sont leurs paroles ! Et dans la rue principale, des grigris et des revendeurs ... Dommage .....


Les groupes ont été formidables malgré la chaleur. Quelques uns sont de fortes têtes, pour ne pas les citer .... les Catalans mais tout est rentré dans l'ordre .

Donc une belle journée !!

L'annonce a été faite pour la félibrée 2016. Elle se passera à Saint Aulaye .

Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016
Félibrées 2015 et 2016

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>